Cacher sa grossesse les trois premiers mois… quand on veut l’annoncer à la terre entière !

 

Une fois ma grossesse confirmée, je n’avais qu’une envie : l’annoncer à la terre entière !

Mais que faire de cette fameuse attente des 3 mois ?

 

On conseille aux futurs parents d’attendre la fin du 1er trimestre avant de l’annoncer à tout va, à cause des risques de fausses couches. Concrètement, chacun fait comme il l’entend à ce niveau. Pour moi, ce délai me semble pertinent. Car si l’aventure s’achève aussi vite qu’elle a commencé, comment supporter de replonger dans la peine a chaque fois qu’un ami en demande des nouvelles ?

Par contre, mon côté émotionnel, lui, avait BESOIN d’en parler. Je n’aurais pas pu tenir sans au moins mettre ma mère dans la confidence. Nous l’avons donc annoncé à notre cercle très proche (parents et frères/soeurs) et j’ai pu partager ma joie à foison.

 

COMMENT J’AI CACHÉ MA GROSSESSE LES PREMIERS MOIS

Cacher mon état fut, au final, moins difficile que d’en garder le secret. Et cela pour plusieurs raisons :
– Je bossais à domicile et pouvais donc librement me laisser happer par la fatigue et me reposer
– J’avais déjà l’habitude de porter des vêtements amples
– Je ne bois pas d’alcool

Les 3 points noirs, c’était les nausées, les aliments interdits et les médicaments. Mais là, je me trouvais des excuses plausibles :
Les nausées : « Oui j’ai un peu la nausée là. C’est à cause de mes migraines, j’ai l’habitude. »
La nourriture : « Une sortie Sushis ? Ah non, je ne suis pas dispo ce jour-là. Dommage » ou « Ah, ce n’est pas le meilleur moment là. J’ai choppé une gastro ».
Les médicaments  « Merci mais ça ira, j’ai déjà pris quelque chose. Ça passera. »

 

 

RÉSISTER À L’ENVIE DE LE CLAIRONNER PARTOUT

Le challenge, pour moi, a vraiment été de ne rien dire. Je vivais les débuts d’une toute nouvelle aventure qui allait chambouler mon quotidien et ça ne se voyait même pas ! Quel comble !
Ah ! Que n’ai-je guetté l’arrondissement de mon ventre et le jour où, enfin, je pourrais en parler librement !

J’ai tenu car j’ai pu en parler à mes parents et à ma soeur. Et pour passer le temps plus rapidement, j’ai commencé à imaginer 10 000 scénarios pour le jour où je pourrais l’annoncer aux autres membre de notre entourage. Je les ai peaufinés aux fur et à mesure et j’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à les mettre à exécution le moment venu.

Et pendant ce temps-là, petit bébé grandissait tranquillement dans mon ventre, ignorant qu’il était tant attendu… Mais ça, c’est une autre histoire !

 

Et vous chères mamans ? Vous avez réussi à tenir votre langue quand vous avez appris votre grossesse ?

Et vous, mamans-de-coeur qui adoptez, quand pouvez-vous annoncer qu’un enfant va bientôt entrer dans votre vie ?

 

6 réponses

  1. Allobb dit :

    Quand on nous a fait la proposition d’apparentement pour notre fille, je n’ai pas pu m’empêcher d’appeler ma sœur aussitôt !! Pour le reste de la famille, on a attendu Noël (10 jours à attendre) et qu’on ait déjà accepté la proposition et lancé les démarches finales.
    Malgré cette (relatives) prudence, certaines personnes n’ont pas voulu (« osé ») se réjouir avec nous, de peur qu’au final ça ne se fasse pas.
    Jusqu’au jour où nous avons tenu notre fille dans nos bras (six mois plus tard), nous avons toujours eu cette ombre en arrière-plan (« et si ça ne marche pas ? ») mais nous n’avons pas voulu nous empêcher de nous réjouir et de nous projeter, on voulait tout vivre à fond :)

  2. Oui, le fameux trimestre d’attente.
    Pour ma part, je l’ai dit rapidement et avec joie à ma famille proche et aux amis quand ça s’est présenté. Je n’étais pas spécialement inquiète, peut-être parce qu’une « voyante » africaine m’avait dit, lors de mon voyage en Afrique juste avant de tomber enceinte, que j’allais avoir un enfant (et un garçon, ce qui s’est avéré vrai à l’accouchement car j’avais gardé la surprise). Donc pour moi, tout était évident. En plus, je n’avais pas de nausée ni de carences rien, bref en pleine forme, sûrement parce que je ne travaillais pas. J’attendais avec impatience de prendre du ventre. Je me souviens, je me suis filmée tous les mois, le ventre de profil, c’était impressionnant de revoir toutes les étapes :)

  3. Stellou dit :

    Comme c’est long 3 mois, étant une accro de la mise en scène des fêtes etc, j’étais partagée entre le crier sur tout les toits et mettre en scène l’annonce, c’est papa qui m’a freiné il a voulu qu’on attende les 3 mois et bien sur je n’étais pas d’accord mais j’ai respecté son choix mais j’ai craqué au bout d’1 mois et j’ai appelé ma maman, vivant loin de ma famille s’était d’autant plus difficile de vivre cette nouvelle expérience « seule » pendant le début ! Cela m’a permis de peaufiner les différentes annonces, une pour les proches (mamans, papa, soeurs et frères)ont reçu un banco à gratter avec inscrit dans les gains 1 (tu vas être) et 2 ( tatie, tonton et encore mamie/papy).
    pour les copines proches proches que je ne pouvais pas voir en personne j’ai envoyé une carte postale avec un ballon à gonfler plein de confettis et un petit message recto/verso ( je vais /avoir un bébé).
    Pour mes copines j’avais imaginé un scénario très drôle, je leur avais donné rendez-vous dans un bar pour boire un verre et j’avais préparé des dessous de verre avec une photo de l’écho avec inscrit « rendez-vous en février tatie », elles ont mis au moins 30 min avant de capter c’était très drôle !
    Je me demande pourquoi on en fait un secret car si ça se passe mal on le racontera aussi et ce serait plus facile à vivre si on savait que ça arrive plus souvent qu’on ne le pense.
    et une vidéo pour le reste du cercle d’amis!

    • Vee dit :

      Wouaw sacrés scénarios dis donc ! Tu as dû prendre ton pieds à les concocter et à guetter la réaction de tes proches :D

      1 mois avant de l’annoncer a ta mère !? Mo jai tenu quelques jours XD je vois la mienne très souvent donc ça aurait été un supplice de le lui cacher.

      Tu dis que si ça se passe mal, on le racontera aussi. S’il s’agit des proches, sans doute. Et c’est bien d’être soutenus a ce moment là. Mais pour tous les autres… Ce nest pas comme si on faisait une annonce generale et que tout le monde finit par etre au courant en meme temps. Yaura tjrs des oubliés et des maladresses du style : « alors, t’es à combien de mois maintenant ? » Tandis que tu te remets doucement de cette épreuve.

      Pour moi, réserver la nouvelle aux très proches, c’est surtout se préserver soi.

  4. bulte dit :

    coucou j’ai attendu 3 mois pour le dire à des amis et mes parents.
    Après chacun le fait comme il le ressent …

  5. Cécile dit :

    Je suis en plein dans ce genre de moment. Je ne suis pas du tout enceinte, mais mon mari et moi avons un projet super excitant et la décence veut que nous n’en parlions pas autour de nous tant que nous ne sommes pas certains qu’il aboutira (là, il faut croiser les doigts pour moi)…
    Bref, merci pour cet article :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *